• Bienvenu chez RSE-Vision... Votre Partenaire pour une Croissance Durable
Suivez-nous:
  • Restez en contact avec nous

  • info@rse-vision.com

  • Appelez-nous au

  • +216 71 908 336

  • 09:00 - 18:00

  • Lundi - Vendredi

RSE en 1 Clic

Origine de la RSE

Photo-origine-rse

Le concept de RSE serait formellement apparu dans les années 1960, voire un peu avant, suite à la publication du livre de Howard Bowen Social Responsibilities of the Businessman (1953), puis de celui de George Goyder The ResponsibleCompany (1961).

Toutefois, les origines de la RSE demeurent bien plus anciennes, selon le site Rse-pro.com, consacré à cette thématique, situant la préhistoire de la responsabilité sociale des entreprises déjà au XVIIème siècle. Président du très sérieux Observatoire sur la RSE (ORSE), Frédéric Tiberghien explique, se référant à des cas lointains, que « le boycott par des consommateurs anglais du sucre de canne des Caraïbes produit grâce à l’esclavage ou, au XIXème siècle en Europe, l’apparition d’une législation relative à l’amélioration des conditions de travail des ouvriers » sont des initiatives ayant des rapports avec la responsabilité sociale des entreprises.

Histoire de la RSE

Photo-encyclique-15-mai-1891

1891

D’autres estiment que c’est l’Eglise catholique qui aurait jeté les bases de la responsabilité sociale, avec l’encyclique RerumNovarum (« Des choses nouvelles »), publiée le 15 mai 1891 par le pape Léon. Ce texte, souvent considéré comme l’élément fondateur de la doctrine sociale de l’Eglise, dénonce, comme le note Rse-pro.com, « la concentration des richesses entre les mains de la bourgeoisie, ainsi que les patrons qui versent des salaires insuffisants »

Encyclique RerumNovarum 1891 “RerumNovarum” (Les Choses Nouvelles) est une encyclique publiée le 15 Mai 1891 par le Pape Léon XIII, promoteur de la doctrine sociale de l’Eglise. Il fait cette encyclique pour dénoncer la concentration des richesses entre les mains de la bourgeoisie, pour dénoncer le travail des enfants, les horaires excessifs, mais aussi la prétention de socialistes à vouloir supprimer la propriété et pour affirmer le droit des ouvriers à se syndiquer. La période de parution de l‘encyclique est marquée par le développement en Europe de l’industrialisation qui conduit à l’apparition de moyens de communication plus rapides: comme le télégraphe, chemin de fer, l’électricité. Mais cette industrialisation fait apparaître la révolution de 1848, la Commune de 1871, des manifestations violentes, et les émeutes de Chicago en 1886, etc. Cette encyclique s’inscrit dans un contexte de transformations sociales, de bouleversements économiques, d’instabilités politiques et de révoltes populaires. Peinture Léon XIII vers 1878

Howard-Bowen-1953

1953

Le premier ouvrage fondateur de la RSE intitulé Social Responsibilities of the Businessman, paru en 1953 aux Etats Unis de son auteur Howard Bowen est une commande de l’église protestante américaine. Son auteur ne l’aurait peut- être pas rédigé de manière spontanée. Social Responsibilities of the Businessman n’est que l’un des ouvrages d’une série de six travaux dédiés à l’étude plus globale de l’éthique chrétienne et la vie économique[1].

Cette étude de trois ans, qui reçut le soutien financier de la fondation Rockefeller, fut initiée par le Département de l’Eglise et de la vie économique (Department of the Church and Economic Life), un des comités d’étude du conseil fédéral des églises du Christ en Amérique (Federal Council of the Churches of Christ in America) en 1949[2]
source

conference_NU_juin_1972

1972

La première grande conférence des Nations unies sur l’environnement humain, s’est déroulée dans la capitale suédoise. Elle s’est conclue sur une déclaration commune qui souligne pour la première fois les droits et devoirs de l’humanité envers l’environnement : le droit à un environnement sain et de qualité, contre une responsabilité de l’homme envers son environnement.

Dans la foulée de cette conférence, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) voit le jour et de nombreux pays créent leurs agences nationales de protection de l’environnement.
source

commission-brundtland-1987

1987

Le rapport Brundtland est le nom communément donné à une publication, officiellement intitulée Notre avenir à tous (Our Common Future), rédigée en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations unies, présidée par la Norvégienne Gro Harlem Brundtland. Utilisé comme base au Sommet de la Terre de 1992, ce rapport utilise pour la première fois l’expression de « sustainable development  », traduit en français par « développement durable », et il lui donne une définition :

« Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir »
source

sommet-de-la-terre-1992-rio

1992

La conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, plus connue sous le nom de sommet de la Terre de Rio de Janeiro ou sommet de Rio, s’est tenue à Rio de Janeiro au Brésil du 5 au 30 juin 1992, réunissant 110 chefs d’États et de gouvernements et 178 pays.

Maurice Strong en était le secrétaire général. Environ 2 400 représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) étaient présents, tandis que plus de 17 000 personnes assistaient au Forum des ONG qui se tenait parallèlement au Sommet. Cette conférence, dans le prolongement de la conférence internationale sur l’environnement humain (le premier Sommet de la Terre s’étant déroulé en 1972 à Stockholm), a été marquée par l’adoption d’un texte fondateur de 27 principes, intitulé « Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement » qui précise la notion de développement durable :

« Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. » (principe 1), « Pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considéré isolément.(principe 4) »

La Conférence a notamment été l’occasion d’adopter un programme d’action pour le xxie siècle, appelé Action 21 (Agenda 21 en anglais), qui énumère quelque 2 500 recommandations concernant la mise en œuvre concrète des principes de la déclaration. Il prend en compte les problématiques liées à la santé, au logement, à la pollution de l’air, à la gestion des mers, des forêts et des montagnes, à la désertification, à la gestion des ressources en eau et de l’assainissement, à la gestion de l’agriculture, à la gestion des déchets. Aujourd’hui encore, le programme Action 21 reste la référence pour la mise en œuvre du développement durable au niveau des territoires.

La section III du rapport de la Conférence de Rio met l’accent sur le rôle des différents acteurs dans la mise en œuvre du développement durable : femmes, jeunes et enfants, populations autochtones, ONG, collectivités locales, syndicats, entreprises, chercheurs et agriculteurs. La Conférence de Rio a également vu l’adoption de la Convention sur le Climat, qui affirme la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre et qui a abouti à la signature en 1997 du protocole de Kyoto. La Déclaration sur les forêts, et la Convention sur la biodiversité qui soumet l’utilisation du patrimoine génétique mondial à une série de conditions et présente une tentative normative en cette matière, ont également été ratifiées à l’occasion du Sommet.
Source

Sommet-développement-durable-2002

2002

Le Sommet mondial sur le développement durable, aussi appelé sommet de la Terre de Johannesburg ou sommet de Johannesburg, s’est tenu du 26 août au 4 septembre 2002, à Johannesburg en Afrique du Sud. Sommet mondial du développement durable organisé par les Nations unies, il a réuni plus de cent chefs d’État et environ 60 000 personnes, parmi lesquelles des délégués, des représentants d’ONG, des journalistes et des entreprises.

Cette quatrième édition visait à faire le bilan du précédent Sommet de la Terre, tenu à Rio de Janeiro en 1992. Centré sur le développement durable, sa finalité résidait dans l’adoption d’un plan d’action en 153 articles décomposés en 615 alinéas sur de nombreux sujets : pauvreté et paupérisation, consommation, les ressources naturelles et leur gestion, globalisation, respect des Droits de l’homme, etc.

Thèmes d’études

Certains thèmes particulièrement préoccupants ont été au cœur des débats de ce sommet :

  • Accès à l’eau et stress hydrique
  • Le dossier des énergies
  • Production agricole
  • Effondrement de la Biodiversité
Protocole-Kyoto-2005

2005

Le protocole de Kyoto est un accord international visant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et qui vient s’ajouter à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques dont les pays participants se rencontrent une fois par an depuis 1995.

Signé le 11 décembre 1997 lors de la 3e Conférence des parties à la convention (COP3) à Kyoto, au Japon, il est entré en vigueur le 16 février 2005 « au quatre-vingt dixième jour après la date à laquelle au moins 55 Parties à la Convention, incluant les Parties Annexe I qui comptaient en 1990 un total d’au moins 55 % des émissions de CO2 de ce groupe, avaient déposé leurs instruments de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’accession »1. « Au 14 janvier 2009, 184 États avaient déposé leurs instruments de ratification, d’accession, d’approbation ou d’acceptation »1.

Ce protocole visait à réduire, entre 2008 et 2012, d’au moins 5 % par rapport au niveau de 1990 les émissions de six gaz à effet de serre : dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote et trois substituts des chlorofluorocarbones.
source

objectifs-de-developpement-durable-septembre-2015

2015

Le 25 septembre 2015, les pays ont eu la possibilité d’adopter un ensemble d’objectifs de développement durable pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous dans le cadre d’un nouvel agenda de dévelopement durable. Chaque objectif a des cibles spécifiques à atteindre dans les 15 prochaines années.

Pour que les objectifs soient atteints, chacun doit faire sa part : les gouvernements, le secteur privé, la société civile et les personnes comme vous.

Souhaitez-vous vous impliquer ? Vous pouvez commencer par en parler autour de vous.
source

Ils ont dit…

  • Nous n’avons pas hérité la Terre de nos ancêtres, mais l’empruntons à nos enfants.

    Antoine de Saint Exupéry
    • Antoine de Saint Exupéry
    • Écrivain, poète et aviateur
  • La sagesse, c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit

    .
    Oscar-Wilde
    • Oscar Wilde
    • Écrivain irlandais
  • Il n’y a pas de passagers sur le vaisseau Terre. Nous sommes tous des membres de l’équipage.

    Marshall McLuhan
    • Marshall McLuhan
    • Sociologue et philosophe canadien
  • La source de la plupart de nos problèmes réside dans l’écart entre le mode de pensée de l’homme et le mode de fonctionnement de la nature.

    Grégory Bateson
    • Grégory Bateson
    • Anthropologue, psychologue, épistémologue américain
  • Ce ne sont pas les plus forts qui survivent, ni les plus intelligents,mais ceux qui sont les plus rapides à s’adapter au changement.

    Charles Darwin
    • Charles Darwin
    • Naturaliste anglais
  • Si vos projets portent à un an, plantez du riz ; à dix ans, plantez un arbre.

    Poète chinois
    • Poète chinois
    • 500 av. J.-C
  • Sois le changement que tu veux voir dans le monde.

    Ghandi
    • Ghandi
    • Dirigeant politique, guide spirituel indien
  • A l’échelle cosmique, l’eau est plus rare que l’or.

    Hubert Reeves
    • Hubert Reeves
    • Astrophysicien, communicateur scientifique et écologiste franco-canadien/li>
  • Il ne sert de rien à l’homme de gagner la lune s’il vient à perdre la Terre.

    François Mauriac
    • François Mauriac
    • Écrivain français
  • Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends.

    Benjamin Franklin
    • Benjamin Franklin
    • Écrivain, scientifique et homme politique américain du XVIIIe siècle
  • Si vous avez l’impression d’être trop petit pour pouvoir changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir.

    Tenzin Gyatso
    • Tenzin Gyatso
    • Dalaï Lama

Gestes si simples

A lire et à relire

Demain. Un nouveau monde en marche

Demain. Un nouveau monde en marche

par: Cyril Dion
  • Éditeur: ACTES SUD
  • Date de parution : 18/11/2015
  • Autre format: EBOOK
 
Famille presque zéro déchet

Famille presque zéro déchet. Ze guide

par: Jérémie Pichon, Bénédicte Moret Nicolas Hulot (Préfacier), Béa Johnson (Préfacier)
  • Éditeur: Thierry Souccar
  • Date de parution : 01/03/2016
 
Se changer, changer le monde

Se changer, changer le monde

par: Christophe André, Jon Kabat-Zinn, Pierre Rabhi, Matthieu Ricard
  • Éditeur: J’ai lu
  • Date de parution : 06/03/2015
  • Autre format: Grand format
 
Piloter un développement responsable

Piloter un développement responsable

par: Olivier Dubigeon Editeur: Maxima
  • Date de parution : 12/02/2015
 
L'économie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire Théories, pratiques, débats

par: Jean-Louis Laville
  • Éditeur : Seuil
  • Date de parution : 25/08/2016
 
La communication responsable

La communication responsable

par: Alain Labruffe
  • Éditeur: AFNOR
  • Date de parution : 08/04/2016
 
Les entreprises humanistes

Les entreprises humanistes

par: Jacques Lecomte
  • Éditeur: Les Arènes
  • Date de parution : 03/02/2016
 
L'art de la guerre

L’art de la guerre

par: Sun Tzu
  • Date de parution : Aux alentours du VIe siècle av. J.-C

Galerie Vidéos

Une autre vision

travail-des-enfants
INS-Ifce-schema-developpement-durable-filiere-cheval
2341740297_1
09-09-F-SDG-Poster
Demarche-RSE
RSE-Start-Up
Responsabilite
1sophrologie
Processus-RSE